Posts Tagged ‘genocide’

Conflicts in the Great Lakes region of Africa – Origins and Solutions

May 24, 2017
Very interesting conference on the African Great Lakes conflicts. With some brilliant panelists.
Published on Nov 18, 2016

International conference on finding solutions to the insecurity challenges in the Great Lakes region of Africa, held in Oslo, Norway 24. October 2016. Organized by International Action for Burundian Diaspora (IABD) and Africa Centre for International Law and Accountability (ACILA).

Panelists:
– Willy Nyamitwe, Senior advisor to President Pierre Nkurunziza, in charge of Media, Information and Communication
– William Nyarko, Executive Director at ACILA
– Keith Harmon Snow, Regent’s Lecturer in Law and Society at the University of California Santa Barbara, writer, photographer, war correspondent, activist, and a leading voice of uncompromising dissent. A former genocide investigator for UNICEF, recognized for a decade of work challenging establishment narratives on genocide and war crimes.

See the YouTube video.

Advertisements

Rwandan Jails Burning Again

April 3, 2017

The prison of Kimironko caught fire last week, reportedly on the 31st of March. Witnesses say they heard a lot of gunshots being fired, but the government was quick to dismiss such reports as unfounded rumors.

That was before an amateur video came out in which you can distinctly hear shots being fired.

Today it seems inmates started throwing stones at the jail’s manager’s office and it was raining stones in the streets near the jail walls.

The police had to intervene.

Under Paul Kagame’s regime, Rwandan prisons have been known to catch fire spontaneously, sometimes several jails being affected in the same period. In one case a mass grave was “found” by the authorities after such a fire had devastated a prison in Northen Rwanda. Around 5000 bodies. The government declared those were “victims of the 1994 genocide of the Tutsi.” In the same period thousands of people in the same region had gone missing, and Kagame’s government said they had probably left the country to seek employment or business opportunities overseas.

 

See the report in Kinyarwanda

Genocide of the Acholi by Museveni

January 13, 2017

Olara Otunnu speaks about the atrocities committed by Museveni against the Acholi population in northern Uganda.
Here is the video

Corneille speaks at last.

October 26, 2016

Corneille Nyungura, the famous Rwandan-Canadian singer recently published a book in which he describes how Paul Kagame’s men murdered Corneille’s family. An article by Bernard Desgagné (in french). Here is the article .

 

Miriki: Forging Evidence to Kill Hutus in DRC

February 11, 2016

I received a link to this Congolese website benilubero.com, which features news items about atrocities committed against the local population in Beni Lubero, DRC. The pictures are beyond horrifying. People chopped into pieces, some disemboweled, men, women, children. Imagine for one minute what you would be ready to do if one of those victims happened to be a member of your family. Imagine what you’d be ready to do to the criminal if they suddenly found themselves in your custody. Suppose you stumbled on a phone conversation where the murderers talk about their crimes, totally incriminating themselves.

I clicked on the audio links in the article. The two conversations are in Kinyarwanda, my mother tongue. I was stunned. Not once does any of the persons in that conversation say what the article accuse them of saying.

The author pointed out 25 points which are supposed to incriminate Hutus. Not a single one of those points even remotely appears in the recorded conversations. The article is written in French, the audio is in Kinyarwanda and the target audience probably speaks French, Nande and maybe Swahili and Lingala.

The author is telling a bereaved Nande population whose members have been recently victim of massacres that Hutu immigrants are to blame for the horrendous crimes. He is basing his accusations on a conversation in a language that neither he nor his translator, does understand.

Any Kinyarwanda-speaking, ten year-old listener can tell the whole article is a blatant fabrication, not even a smart one. In the meantime, chances are Hutus in Nande neighborhoods are being hunted down as we speak. Based on a misleading translation.

Here is a scrupulous transcription of the audio conversations in Kinyarwanda along with the translation into French.

 

  1. FIRST PHONE CONVERSATION in Kinyarwanda

  • Oui ?
  • Olivier bite ?
  • Ngo ngwiki ?
  • Amakuru yanyu ?
  • Amakuru ni meza.
  • Est-ce que ni Olivier ?
  • None wari uzi se ko ari nde ?
  • Eh?
  • Ni we.
  • Ah, ni we, nari nakuyobewe nanjye ndikumva ijwi ari nk’iryahindutse. Bite se ?
  • None usigaye uba he se ?
  • Jyewe ndi mu nkambi Miriki.
  • I Miriki se wagezeyo ute, ahongaho n’ibyo wakoraga hano wagezeyo ute ? Burya mwatubeshyaga gutyo mwa ?
  • Oya, umva, ntabwo ari ukubabeshya. Ahubwo byatewe n’abayobozi mwaduhaye, aho batweretse ho kunyura niho twanyuze.
  • Hehe….aha.. (inaudible)
  • Oya none uziko hano Mirike ho turi uziko hari ikibazo cyaba kirimo ku buryo kuhagera ho bikomeye ?
  • None ko utari kuza se abandi ntituri kumwe ?
  • Ahubwo iyo umbaza gutyo, none se ko uzi ko twahunze mu kavuyo, hari umuntu wamenye..twebwe aho twabonye abenshi bari kwerekeza, ubwo ntabyo gupanga ukuntu turahunga ubwo niyo mpamvu wabonye abantu bose twapfuye kugenda turi mu kigare.
  • Imbunda wari ufite wayishyize he se ?
  • Muz…ntuza se muzehe ntiyari yaje kuyinyaka, aje kuyinyaka rero bon ndavuga nti non, buriya hari uko bavanguwe tu, nani musaza Lambert.
  • Heheh…
  • Ubwo re…
  • Mumerewe mute
  • Eh ? Allo ?
  • Mumerewe mute?
  • Wapi ko anari ibikuru se bya hano ko turi kuri MONUC twebwe ko nyine uri kubona tunatandukanye n’abo bahutu bari kwicara bari kutubwira ibigambo byinshi turi kujya no gushaka agati ko kuboha ugasanga turi gushaka gutemaniranayo ….na ni bibi tu, ntaho ari byiza.
  • None mwakwifunguye mukavamo se ?
  • Bon…oya, ibyo kwifungura, hano turacafite ubudahangarwa, ahubwo nkatwe b’abagabo ni twebwe dufite uburyo icyo gukora wenda ni twebwe twabona ukuntu tuvamo.
  • None se ba bategetsi banyu niba ari ba Bwigdi na ba nde bari kubabwira ngo iki ?
  • Oya nta…ejobundi baje gukoresha inama hano
  • Yee
  • Urabona buno bwoko bwose…Umuntu wese urimo wese witwa ngo atuye hano wo mu bwoko…yaba umusaza, yaba umugore, yaba umugabo, bose ni abamayi.
  • Yee
  • Ubwo nyine bakore kom…nani ntuze nani Administrateur yari yaje, ubwo tumanuka natwe tujyayo, inama barayikoresha ejobundi.
  • Yee
  • Ubwo noneho Admin yari atumye ….ni Délégué we bari batumye barabaza bati esi abamayi bari hano… kabisa hari igikundi cy’abantu benshi ati abamayi bari hano nibashyire urutoki hejuru. Bose bashyira hejuru bose bose abo wari uzi…”

 

Translation of the FIRST PHONE CONVERSATION into French

  • Oui ?
  • Olivier, ça va ?
  • Comment ?
  • Comment allez-vous ?
  • Ca va bien.
  • Est-ce bien Olivier ?
  • A ton avis ?
  • Comment?
  • C’est lui-même.
  • Ah, c’est toi, je ne t’avais pas reconnu, ta voix me semble différente. Et ça va ?
  • Tu vis où maintenant ?
  • Je suis au camp à Miriki.
  • Qu’est-ce que tu fabriques à Miriki ? Avec ce que tu faisais ici, comment es-tu arrivé à Miriki ? Vous nous avez mené en bateau à ce point ?
  • Non, écoute, il n’y a pas eu de mensonge. C’est à cause des dirigeants que vous nous avez donnés, nous avons pris le chemin qu’ils nous ont indiqué.
  • Hehe….aha.. (inaudible)
  • Tu crois peut-être que c’est difficile d’arriver là-bas à partir d’ici à Miriki?
  • Pourquoi ne viens-tu pas alors ? je suis avec les autres.
  • C’est ça qu’il fallait me poser comme question. Nous avons fui en désordre. Nous avons suivi le mouvement de foule, sans rien planifier.
  • Où as-tu mis ton arme à feu ?
  • L’autre-là, le vieux est venu me la prendre et bon, j’ai dit non. Les gens ont été sélectionnés, c’est sûr. Le vieux-là, Lambert.
  • Heheh…
  • Oui. Et…
  • (inaudible) comment allez-vous
  • Eh ? Allo ?
  • Comment allez-vous?
  • Ca ne va pas, (inaudible) nous sommes à la MONUC et nous sommes apparemment séparés (ou bien différents) de ces hutus. Ils ne peuvent pas la fermer. Même quand on va chercher du bois c’est à peine si on n’échange pas des coups de machette…la situation n’est pas bonne.
  • Pourquoi vous ne vous évadez pas ?
  • Bon…non, ici nous avons encore l’immunité. Nous les hommes, on y arriverait peut-être.
  • Et vos chefs, Bwigdi et les autres, qu’est-ce qu’ils vous disent ?
  • Rien …hier ils sont venus faire une conférence ici.
  • Oui ?
  • Tu vois toute cette tribu …Tout membre de cette tribu qui habite ici …les vieux, les femmes, les hommes, tous sont Maï Maï.
  • Oui ?
  • L’autre-là, l’Administrateur était venu, nous sommes aussi allés à la réunion. C’était avant-hier.
  • Oui ?
  • L’Administrateur avait envoyé son Délégué. Il a demandé à l’assistance qui était Maï Maï. C’étail une foule nombreuse. Il a demandé que ceux qui étaient Maï Maï lèvent le doigt. Tous ont levé le doigt ! … Tous ! … ceux que tu connaissais …”

 

2. SECOND PHONE CONVERSATION in Kinyarwanda

  • Allo ?
  • Bite se ?
  • Ni salama.
  • Ko ndi kumva ingoma nyishi hepfo iyongiyo bimeze bite ra ?
  • Imbuma ?
  • Yee
  • Twebwe ko turi…turi mu nkambi bari kuyomba ntabwo umuntu yapfa kuzumva
  • Aah
  • Uri kuzumva ahagana he ?
  • Iyongiyo mu i centre iyo iwanyu
  • Imbuma, ingoma ?
  • Ingoma, ingoma.
  • Ntuzi ko harimo ibiriyo se bya ba bandi bo bishe ?
  • Aah, niyo mpamvu bari kuvuza ingoma ?
  • Yee, harimo ibiriyo kabisa bigeze muri bitanu
  • None bishe abantu bangahe ?
  • Bishe bane, ni bane bishe.
  • Ee
  • N’uwo mu Mayi wabo ubanza bari kumubyinira ubwo kubera yapfuye uwo biciye iyongiyo hagana iyongiyo niba ari ejo hari hariyo intambara iyongiyo niba ari i Bukumbigwa.
  • Yee
  • Yee, ubwo rero uwo bishe i Bukumbigwa ahubwo ni uwa hano hafi y’aho turi ku nkambi.
  • Umumayi ?
  • Yee ni umumayi
  • Hari uwapfuye se ?
  • Yee, ng…hari uwo bishe da, bishe…”

 

Translation of the SECOND PHONE CONVERSATION into French

  • Allo ?
  • Ca va ?
  • Ca va bien.
  • J’entends beaucoup de tam-tams chez vous, qu’est-ce qui se passe ?
  • Des imbuma ?
  • Oui
  • Nous on est dans le camp …il y a un brouhaha, on ne les entend pas facilement
  • Ah
  • Tu les entends de quel côté ?
  • Au centre, chez vous.
  • Tu parles d’Imbuma ou d’ingoma (tam-tams)?
  • Des tam-tams.
  • C’et le deuil de ceux qu’ils ont tués, tu ne savais pas ?
  • Ah, c’est pour ça qu’ils jouent du tam-tam ?
  • Oui, il y a au moins cinq deuils en cours.
  • Et ils ont tué combien de personnes ?
  • Ils en ont tué quatre.
  • Eh !
  • Je crois qu’ils sont aussi en train de danser pour leur Maï qui est mort, ce lui qu’ils ont tué là-bas, là où il y avait des combats hier je crois, le lieu appelé Bukumbigwa je crois.
  • Oui
  • Oui, et donc celui qu’ils ont tué à Bukumbigwa était originaire d’ici, tout près de notre camp.
  • Un Maï Maï ?
  • Oui, un Maï Maï
  • Ah bon ? un Maï Maï est mort ?
  • Oui, il paraît qu’ils en ont tué un, ils ont tué… “

 

I’m sure benilubero.com serves some helpful purpose to the local population, but they really should stop fabricating evidence to incite gullible peasants into killing their neighbor who happen to be of a different tribe.

Link to the article:

Deux communications téléphoniques en Kinyarwanda dévoilent les complices des massacres de Miriki

 

 

 

Former RPF soldiers testify on mass murdering Hutus and Tustis.

December 7, 2015

This video is a testimony by former members of the RPF military on how they committed genocide against Hutus, killing Tutsi witnesses in the process. In the video they mention how the RPF massacred the Gogwe Tutsis in 1993 to discredit Habyarimana’s government and how the RPF used that as an excuse to break the ceasefire.  They talk about one instance in 1994 when they rounded up around 100 young Tutsi men who were suffering from PTSD and bashed in their skulls one by one, using agafuni, a used, worn hoe, a tool RPF men have been known to use whenever they need to kill people without using guns.  They talk about how they eviscerated a 17-year old Hutu girl near Base in the northern part of Rwanda and how they shot a woman in the vagina after killing both her sons and how they proceeded to kill the entire village of around 50 households which they suspected of supporting Hutu rebels. I remember that such horrible acts were reported in the media as “counterinsurgency operations”.

Miss Tutsi a.k.a. Miss Rwanda Beauty Pageant

February 16, 2015
Miss Rwanda contest 2015

Miss Rwanda 2015: a Tutsi-only pageant?

Height is part of the admission criteria in Miss Rwanda beauty pageant. Contestants under 170 cm need not apply, plain and simple. Such a criteria would be OK if this was say, the Netherlands or South Sudan. But this is Rwanda, where the Twa community lives and has been living before the Hutu and Tutsi came in. Twa are descendants of pygmies, which means most members of that community are short people, rarely taller than 160 cm. The Hutu tend to be taller, and the Tutsi are known to be among the tallest people on the planet. Dinka from South Sudan are the only people I can think of who are generally taller than the Rwandan Tutsi.

Anywhere else in the world, such a blatant racist criteria would spark outrage, but this is Rwanda. Hutu and Twa living under the current regime in Rwanda have gotten used to so much abuse and discrimination of all kinds that nobody dares to protest this. And by the way, all members of the Miss Rwanda jury-except maybe one- just happen to look Tutsi.

Paul Kagame’s RPF has installed such an apartheid-like regime that Rwandans who were born under the tall man’s rule seem to have no issues with such an obvious display of racism. At least they aren’t expressing any. They have gotten used to the idea that every high-ranking position in government is meant for the tall folks. Today in Rwanda, any prosperous businessman has to be either Tutsi or have a lot of important Tutsi friends. Any movie star, rock (more probably rap) star, church leader or whatever successful business owner has to be either a Tutsi or a self-loathing Hutu or Twa who has sworn loyalty to the Tutsi supremacist criminal organization-turned political party RPF.

The repression against anyone who doesn’t actively work to further the nazi-like RPF agenda is such that people proactively discriminate against the Hutu and the Twa to stay in king Kagame’s good graces. I’m sure nobody specifically instructed the organizers of Miss Rwanda to keep Hutus and Twas out. They proactively did so to escape the wrath of the tall man. Keep feeding the beast lest it gets hungry and considers chewing you up, that seems to be everybody’s motto in Rwanda these days.

Who’s been setting Rwandan jails on fire during the World Cup 2014?

July 17, 2014

While the world was passionately watching the World Cup in Brazil, news kept coming from Rwanda about jails inexplicably catching fire. Here is what inyenyerinews.org says about it. This is my rendition of the article originally in Kinyarwanda.

A SURVIVOR OF THE MASS MURDER IN RUBAVU JAIL CALLS FOR HELP

The witnesses of the deaths caused by fires in Rwandan jails can find no words to describe the horror. One of them told us about what he(or she) saw when a jail burned. He also tells us about his worries regarding the future. «  We lost hundreds and hundreds of inmates », said the witness.

 

« Kagame is exterminating us. If it is within your power, please help us without delay. Over 1000 prisoners perished in the fires KAGAME ordered for Rwandan prisons. By reading this you might think that I am exaggerating but it is 500% true because I personally witnessed it.

 

The first action KAGAME has planned to accomplish before his own death is to kill all the inmates in the country in the shortest time possible because he considers them likely to be recruited and fight him in the last war that is about to break out in Rwanda.

 

His second action will be to exterminate all the opponents to his regime. He calls them all FDLR. As they too are likely to take up arms against him at short notice, they must be killed very swiftly.

 

The first action has already started, and preparations for the second action are well advanced. Those who predicted what is about to happen in Rwanda and who dared tell Kagame about it were immediately thrown in jail.

 

If you doubt this news, I challenge you to produce the names of any survivor of the mass murder in Nyakiriba Prison. While you’re at it, try and produce the name of any Muhanga Prison survivor who would have been transferred to another location. I have seen with my own eyes hundreds and hundreds of corpses, mixed with tree trunks and stones, thrown in a huge hole inside the Nyakiriba jail. Whoever has the power to request an independent international investigation about these horrifying murders should act swiftly so that the truth comes out.

Soma iyi nkuru mu kinyarwanda.

 

24 years of Genocide against the Hutus

May 18, 2014

Hutu Genocide witness Paul Moreira

April 21, 2012

Testimony in French of a Hutu genocide witness. Found on http://www.reveil-fm.com

Je n’ai aucun doute sur la réalité du génocide des Tutsis. Aucun doute sur la lâcheté des occidentaux qui ont laissé faire et évacué uniquement leurs concitoyens alors que les Hutus massacraient des hommes, des femmes et des gosses sous leur nez. Mais… L’histoire ne s’est pas arrêtée là, en 1994, avec la victoire du Tutsi Paul Kagamé et ses troupes sur les génocidaires Hutus. L’histoire a débordé au Congo-Zaïre, dans les Grands Lacs. En 2008, j’ai découvert que les Tutsis Rwandais avaient armé une milice qui va massacrer des civils par centaines de milliers. Que la terreur qu’ils ont répandu au Congo va aboutir à la mort de quatre à cinq millons d’êtres humains. Oui, vous avez bien lu : quatre à cinq millions. Les plus grandes pertes civiles depuis la seconde guerre mondiale.

Paul Kagamé est un dictateur-tyran et criminel contre l’humanité qui jouit de l’impunité.

Je découvre tout cela lors d’un reportage au Congo, entre Goma et Ruthshuru. J’enquête sur les trafics d’armes et de minerai précieux. Et j’arrive au cœur des ténèbres. Une milice dirigée par un certain Laurent Nkunda tue les populations civiles. Je rencontre l’un de ces groupes armés, ils sont dirigés par un officier rwandais. A la faveur de la confusion des combats, je réussis à passer dans des zones qui n’étaient plus accessibles depuis longtemps. Des milliers de réfugiés sortent de la jungle. Des femmes portant toutes leurs possessions sur leur tête et un regard d’animal traqué. Des milliers de personnes marchant dans un silence lugubre. La tragédie est habituellement bruyante. Ils ne parlaient pas.

– Pourquoi fuyez vous ?

– Laurent N’kunda nous tue, me répondaient les femmes dans un étrange murmure, elles chuchotaient comme si elles avaient peur d’être entendues .

N’kunda était alors considéré par l’occident comme un type présentable. En 2009, il a commis un massacre de trop, un massacre filmé, et les Rwandais l’ont rapatrié à Kigali où, aux dernières nouvelles, il vivrait en résidence surveillée.

J’avais alors publié une note sur mon blog. Je la republie ici. Pour mémoire. Et parce que Kagamé est à Paris.

Écoutez ce que m’ont raconté des dizaines et des dizaines de personnes, témoignages concordants de massacres passés à l’as. En 1996, deux ans après le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda, les Tutsis Rwandais ont franchi la frontière et ont agi à peu près de la même manière sur les populations civiles Hutus qui étaient au Congo. Les Hutus rwandais ont été massacrés, bien entendu. Mais aussi les Hutus congolais qui n’avaient rien à voir avec le génocide commis au Rwanda.

Le 30 octobre 1996, et cette date revient dans toutes les bouches comme une musique de malheur, les Tutsis rwandais ont réuni des hommes dans un stade du côté de Rutshuru, dans le Kivu. Ils venaient d’envahir le pays et voulaient présenter les nouvelles autorités aux habitants, disaient-ils. Comme les Rwandais se comportaient avec beaucoup de correction, la population civile ne s’est pas méfiée. Ils sont allé au stade. Les soldats rwandais ont alors demandé aux gens de lever la main selon leur groupe ethnique. Ils ont fait un groupe avec les Hutus et ils les ont emmenés dans une carrière. Il leur ont ligoté les bras et les ont tués un par un avec des coups de bêches sur la tête. J’ai rencontré un survivant, un type donné pour mort et dont le cœur est reparti. Il y a toujours des accidents de ce type dès qu’on passe aux massacres systématiques. Il s’est réveillé au bout de trois jours au milieu de sa femme et de ses trois filles assassinées.

Combien sont morts dans ces jours là ? Difficile à dire, impossible même, personne n’a compté. Village par village, les survivants donnent des chiffres invérifiables. On parle de plusieurs dizaines de milliers rien que dans la petite région de Rutshuru.

La MONUC, la mission des nations unies présente sur le terrain n’a pas trouvé le temps de compter depuis toutes ces années. Elle a posé du barbelé autour des sites où sont ensevelis les gens, de l’herbe a poussé et l’oubli avec. Notre oubli, pas celui des Congolais…

L’un de ces fonctionnaires onusiens m’a confié, off the record, que, oui, en 1996, quand les Tutsis du Rwanda ont commencé à ouvrir les charniers de leur côté de la frontière et à prendre conscience des « proportions bibliques » qu’avait pris le massacre de leur population, ils sont entrés au Congo pour se venger sur les Hutus qui vivaient au milieu des populations congolaises. Et ils ont tué, de manière indiscriminée, Hutus rwandais et congolais, suspects de les accueillir.

D’une certaine manière, le fonctionnaire de la MONUC semblait comprendre le contre-massacre. Pas le justifier. Juste le comprendre. Et il m’a laissé entendre qu’il fallait construire en regardant l’avenir. C’est un sentiment assez répandu dans cette région du Congo : n’en parlons pas, regardons de l’avant. Le malaise aussi, du fait que les victimes d’hier soient devenues des bourreaux…

Alors on s’est tu.

Et les massacres ont continué jusqu’à maintenant.

Des groupes armés appuyés par les Tutsis rwandais sont restés présents à l’Est du Congo, là où le pays fait frontière avec le Rwanda. Et certains (pas tous et pas eux uniquement…) ont continué à tuer.

Jusqu’au mois d’aout dernier, en 2007, en ce qui concerne la région de Rutshuru. Tout au long de la route qui va vers l’Ouganda, j’ai vu des charniers. Des civils tués par une brigade appelée Bravo.

Par une négociation politique un peu bizarre, un groupe armé pro-Rwandais a été intégré pendant quelques mois dans l’armée régulière congolaise. On lui a confié la gestion d’une zone peuplée majoritairement de Tutsis. Un certain Innocent (ça ne s’invente pas) était responsable du coin. Un tueur, disent les habitants. Ils étaient partis se réfugier dans la forêt. Parfois, ils tentaient de se glisser dans le village. S’ils croisaient un gars de la brigade Bravo, disent-ils, ils pouvaient être tués.

Des dizaines de témoignages concordants racontent la même chose. Des villages entiers réunis, fébriles, car ils savent le risque qu’ils prennent de parler, ils savent qu’à tout moment les hommes en armes peuvent revenir, ils sont là, à quelques kilomètres à peine.

Ils ont toujours pris le risque de parler. Pour la mémoire des morts et pour que cela cesse. Et nous n’avons pas entendu.

Depuis 1996, la guerre au Congo aurait causé la mort de près de quatre millions de personnes. Entre 200 000 à 300 000 par balles et le reste (3,7 millions…) du fait de l’écroulement du système sanitaire, des épidémies, de la malnutrition, conséquences indirectes de l’insécurité.

Tous ces morts ne peuvent être imputables aux Rwandais, bien sûr. Le problème des guerres qui ont lieu dans les pays sans Etat c’est que les armes sont distribuées et vendues à droite à gauche. Elles deviennent un moyen de survie, l’armée régulière elle même se décompose et abrite des cliques mafieuses vivant sur les ressources du pays. Car ce coin est l’un des plus riches du monde.

Du minerai. Cassitérite, coltan, or, diamants… Le minerai a alimenté le chaos. Tout le monde en voulait. Les Rwandais, les Congolais ripoux de l’armée, les Ougandais…

Et nous, l’Occident, en avions besoin. Alors on l’achetait. Et on le transportait.

Partout dans le Kivu, le groupe Bolloré s’affiche fièrement en transporteur numéro un. En 2003, quand l’ONU avait enquêté sur le pillage des ressources naturelles du Congo, elle avait rencontré presque tous les acteurs du drame. Elle voulait convaincre les acteurs économiques que ce commerce tuait et qu’il fallait désinvestir tant que la paix n’était pas revenue. Certaines multinationales avaient accepté de ne plus acheter de minerai venant de ce coin là.

Sachant que ce commerce alimentait des dizaines de milliers de morts civiles. Mais quand les experts de l’ONU avaient voulu interroger les gens de Bolloré (SDV), le transporteur français avait refusé de les rencontrer et d’interrompre ses activités. Ainsi, SDV a eu l’honneur de se retrouver sur une liste de « non répondants » émise par les experts de l’ONU aux côtés de trafiquants d’armes aussi célèbres que Victor Bout, le russe qui inspira le personnage de Nicholas Cage dans Lord of War…

Paul Moreira est né près de Lisbonne, en 1961. Il vit à Paris depuis 1963.

Il est titulaire d’une maîtrise de sociologie de l’Université Paris IV et d’un DESS d’anglais intitulé « Correspondant de presse dans un pays anglo-saxon » de l’université de Paris III.

Il débute sa carrière à Radio France internationale en 1984 puis travaille comme enquêteur pour l’émission Droit de réponse de Michel Polac, sur TF1. Il travaille à l’hebdomadaire Politis entre 1988 et 1990. Puis il rejoint la rédaction du mensuel Actuel jusqu’en 1994. Il est embauché à l’agence CAPA en 1995 où il devient grand reporter et réalise des films pour Envoyé spécial sur France 2, Zone interdite sur M6 et de nombreux sujets pour Canal plus. En 1997, il participe à la création de la rédaction du Vrai Journal, l’émission présentée par Karl Zéro sur Canal plus dont il devient rédacteur en chef en 1998. En 1999, il quitte CAPA et intègre Canal Plus pour créer 90 minutes où il est nommé directeur adjoint de l’information.

Travaillant principalement pour la télévision française, il a réalisé ces dix dernières années plusieurs films d’investigation dans des zones de conflit : les milices en Irak, la corruption en Afghanistan, les investissements secrets des multinationales en Birmanie, la guerre des colonies en Israël, le trafic d’armes en République Démocratique du Congo, les déchets toxiques en Somalie…

En 1999, Paul Moreira a fondé sur Canal plus le magazine 90 minutes. Certaines de leurs enquêtes comme celles sur l’assassinat déguisé en suicide du Juge Borrel contribuent à faire rouvrir des enquêtes judiciaires. En 2003, à la demande de la direction de Canal plus, il crée une case hebdomadaire consacrée au documentaire d’enquête : Lundi Investigation.

Certaines de leurs émissions génèrent des pressions politiques[1]. C’est le cas en 2004, pour une enquête sur l’armée française en Côte d’Ivoire, révélant que les soldats ont tiré dans une foule désarmée. La FIDH et la LDH demandent sans succès une commission d’enquête[2] au gouvernement.

En 2006, la direction de Canal plus met fin à l’émission.

Paul Moreira quitte Canal plus et crée une agence de presse indépendante : Premières Lignes.

Depuis, il produit des films pour diverses chaînes : Canal plus, Arte, France Télévisions.

Ses documentaires sont diffusés dans la plupart des pays européens, en Australie, au Japon, au Canada, en Russie.

En 2007, il publie une réflexion sur le journalisme, les nouvelles méthodes de manipulation, le reportage de guerre à l’heure de l’embeddment et la gestion de la perception.

Il est aussi à l’initiative de Liberté d’Informer, une campagne pour un Freedom of Information Act français. Une loi plus souple d’accès aux documents administratifs et une déclassification plus transparente des archives. Une pétition a recueilli près de 6 000 signatures et un important intérêt public. Filmographie

* 2001, une de ses investigations sur Ali Mohamed, taupe d’Al Qaeda au sein des forces spéciales américaines, est reprise par CNN et son document « Islamiste-USA : histoire d’une alliance contre nature » est nommé au prix Albert Londres.

* 2003, il est à Bagdad pour l’entrée des troupes américaines. Il réalise un documentaire sur les pillages et le chaos qui s’installent : « Dans la jungle de Bagdad ».

* 2004, Irak : Dans « Bagdad : la guerre des bombes », est mis en lumière une attaque de l’armée américaine contre l’hopital Habibya de Sadr city. o Israël, portrait de Zakaria Zoubeidi, chef des brigades des martyrs d’Al Aqsa de Jenine, c’est alors l’homme le plus recherché de Palestine (« Le pouvoir des rebelles armés » reçoit le Prix du meilleur reportage d’actualité[7] du Club Audiovisuel de Paris 2005.

* 2005, Israël : « Dans le secret de la guerre des colonies » expérimente une forme originale. Cette émission de 90 minutes mêle enquête, décryptage et reportage à chaud sur la question des colonies. Il est diffusé alors que l’évacuation de Gaza n’est pas encore achevée.

* 2007, Irak : Au pic de la guerre des milices à Bagdad, il mène une investigation au sein de la population irakienne sur les racines de la guerre civile. Son film, « Irak : agonie d’une nation » reçoit le prix du meilleur documentaire d’actualité au Festival International de Télévision de Monte-Carlo et le prix de l’investigation au Festival International du Grand Reportage d’Actualité.

* 2008, Armes, trafics et raison d’état, enquête de 90 minutes sur le trafic d’armes pour Arte, réalisée avec David André. Prix de l’investigation au FIGRA. o Travailler à en mourir, documentaire pour France 2 sur la souffrance au travail dans les entreprises françaises.

* 2009, Afghanistan : sur la piste des dollars, 52 minutes sur la corruption et le détournement de l’aide humanitaire en Afghanistan[9]. Diffusé sur “Four Courners”, ABC Australia, NHK (Japon), Russia Today, Al Jazeera, TVE (Espagne), Finlande, Hollande… Prix de l’investigation au Figra et sélectionné pour la première édition du Investigative Film Week, à Londres.

* 2011, “Islam,Antéchrist et jambon beurre”.

Livres

* État de choc Ed. Flammarion, 2002, (ISBN 2080683535) * Les Nouvelles Censures, dans les coulisses de la manipulation de l’information Éditions Robert Laffont, 2007, (ISBN 2221108639) * Travailler à en mourir, avec Hubert Prolongeau, Editions Flammarion, 2010