Archive for February, 2016

Miriki: Forging Evidence to Kill Hutus in DRC

February 11, 2016

I received a link to this Congolese website benilubero.com, which features news items about atrocities committed against the local population in Beni Lubero, DRC. The pictures are beyond horrifying. People chopped into pieces, some disemboweled, men, women, children. Imagine for one minute what you would be ready to do if one of those victims happened to be a member of your family. Imagine what you’d be ready to do to the criminal if they suddenly found themselves in your custody. Suppose you stumbled on a phone conversation where the murderers talk about their crimes, totally incriminating themselves.

I clicked on the audio links in the article. The two conversations are in Kinyarwanda, my mother tongue. I was stunned. Not once does any of the persons in that conversation say what the article accuse them of saying.

The author pointed out 25 points which are supposed to incriminate Hutus. Not a single one of those points even remotely appears in the recorded conversations. The article is written in French, the audio is in Kinyarwanda and the target audience probably speaks French, Nande and maybe Swahili and Lingala.

The author is telling a bereaved Nande population whose members have been recently victim of massacres that Hutu immigrants are to blame for the horrendous crimes. He is basing his accusations on a conversation in a language that neither he nor his translator, does understand.

Any Kinyarwanda-speaking, ten year-old listener can tell the whole article is a blatant fabrication, not even a smart one. In the meantime, chances are Hutus in Nande neighborhoods are being hunted down as we speak. Based on a misleading translation.

Here is a scrupulous transcription of the audio conversations in Kinyarwanda along with the translation into French.

 

  1. FIRST PHONE CONVERSATION in Kinyarwanda

  • Oui ?
  • Olivier bite ?
  • Ngo ngwiki ?
  • Amakuru yanyu ?
  • Amakuru ni meza.
  • Est-ce que ni Olivier ?
  • None wari uzi se ko ari nde ?
  • Eh?
  • Ni we.
  • Ah, ni we, nari nakuyobewe nanjye ndikumva ijwi ari nk’iryahindutse. Bite se ?
  • None usigaye uba he se ?
  • Jyewe ndi mu nkambi Miriki.
  • I Miriki se wagezeyo ute, ahongaho n’ibyo wakoraga hano wagezeyo ute ? Burya mwatubeshyaga gutyo mwa ?
  • Oya, umva, ntabwo ari ukubabeshya. Ahubwo byatewe n’abayobozi mwaduhaye, aho batweretse ho kunyura niho twanyuze.
  • Hehe….aha.. (inaudible)
  • Oya none uziko hano Mirike ho turi uziko hari ikibazo cyaba kirimo ku buryo kuhagera ho bikomeye ?
  • None ko utari kuza se abandi ntituri kumwe ?
  • Ahubwo iyo umbaza gutyo, none se ko uzi ko twahunze mu kavuyo, hari umuntu wamenye..twebwe aho twabonye abenshi bari kwerekeza, ubwo ntabyo gupanga ukuntu turahunga ubwo niyo mpamvu wabonye abantu bose twapfuye kugenda turi mu kigare.
  • Imbunda wari ufite wayishyize he se ?
  • Muz…ntuza se muzehe ntiyari yaje kuyinyaka, aje kuyinyaka rero bon ndavuga nti non, buriya hari uko bavanguwe tu, nani musaza Lambert.
  • Heheh…
  • Ubwo re…
  • Mumerewe mute
  • Eh ? Allo ?
  • Mumerewe mute?
  • Wapi ko anari ibikuru se bya hano ko turi kuri MONUC twebwe ko nyine uri kubona tunatandukanye n’abo bahutu bari kwicara bari kutubwira ibigambo byinshi turi kujya no gushaka agati ko kuboha ugasanga turi gushaka gutemaniranayo ….na ni bibi tu, ntaho ari byiza.
  • None mwakwifunguye mukavamo se ?
  • Bon…oya, ibyo kwifungura, hano turacafite ubudahangarwa, ahubwo nkatwe b’abagabo ni twebwe dufite uburyo icyo gukora wenda ni twebwe twabona ukuntu tuvamo.
  • None se ba bategetsi banyu niba ari ba Bwigdi na ba nde bari kubabwira ngo iki ?
  • Oya nta…ejobundi baje gukoresha inama hano
  • Yee
  • Urabona buno bwoko bwose…Umuntu wese urimo wese witwa ngo atuye hano wo mu bwoko…yaba umusaza, yaba umugore, yaba umugabo, bose ni abamayi.
  • Yee
  • Ubwo nyine bakore kom…nani ntuze nani Administrateur yari yaje, ubwo tumanuka natwe tujyayo, inama barayikoresha ejobundi.
  • Yee
  • Ubwo noneho Admin yari atumye ….ni Délégué we bari batumye barabaza bati esi abamayi bari hano… kabisa hari igikundi cy’abantu benshi ati abamayi bari hano nibashyire urutoki hejuru. Bose bashyira hejuru bose bose abo wari uzi…”

 

Translation of the FIRST PHONE CONVERSATION into French

  • Oui ?
  • Olivier, ça va ?
  • Comment ?
  • Comment allez-vous ?
  • Ca va bien.
  • Est-ce bien Olivier ?
  • A ton avis ?
  • Comment?
  • C’est lui-même.
  • Ah, c’est toi, je ne t’avais pas reconnu, ta voix me semble différente. Et ça va ?
  • Tu vis où maintenant ?
  • Je suis au camp à Miriki.
  • Qu’est-ce que tu fabriques à Miriki ? Avec ce que tu faisais ici, comment es-tu arrivé à Miriki ? Vous nous avez mené en bateau à ce point ?
  • Non, écoute, il n’y a pas eu de mensonge. C’est à cause des dirigeants que vous nous avez donnés, nous avons pris le chemin qu’ils nous ont indiqué.
  • Hehe….aha.. (inaudible)
  • Tu crois peut-être que c’est difficile d’arriver là-bas à partir d’ici à Miriki?
  • Pourquoi ne viens-tu pas alors ? je suis avec les autres.
  • C’est ça qu’il fallait me poser comme question. Nous avons fui en désordre. Nous avons suivi le mouvement de foule, sans rien planifier.
  • Où as-tu mis ton arme à feu ?
  • L’autre-là, le vieux est venu me la prendre et bon, j’ai dit non. Les gens ont été sélectionnés, c’est sûr. Le vieux-là, Lambert.
  • Heheh…
  • Oui. Et…
  • (inaudible) comment allez-vous
  • Eh ? Allo ?
  • Comment allez-vous?
  • Ca ne va pas, (inaudible) nous sommes à la MONUC et nous sommes apparemment séparés (ou bien différents) de ces hutus. Ils ne peuvent pas la fermer. Même quand on va chercher du bois c’est à peine si on n’échange pas des coups de machette…la situation n’est pas bonne.
  • Pourquoi vous ne vous évadez pas ?
  • Bon…non, ici nous avons encore l’immunité. Nous les hommes, on y arriverait peut-être.
  • Et vos chefs, Bwigdi et les autres, qu’est-ce qu’ils vous disent ?
  • Rien …hier ils sont venus faire une conférence ici.
  • Oui ?
  • Tu vois toute cette tribu …Tout membre de cette tribu qui habite ici …les vieux, les femmes, les hommes, tous sont Maï Maï.
  • Oui ?
  • L’autre-là, l’Administrateur était venu, nous sommes aussi allés à la réunion. C’était avant-hier.
  • Oui ?
  • L’Administrateur avait envoyé son Délégué. Il a demandé à l’assistance qui était Maï Maï. C’étail une foule nombreuse. Il a demandé que ceux qui étaient Maï Maï lèvent le doigt. Tous ont levé le doigt ! … Tous ! … ceux que tu connaissais …”

 

2. SECOND PHONE CONVERSATION in Kinyarwanda

  • Allo ?
  • Bite se ?
  • Ni salama.
  • Ko ndi kumva ingoma nyishi hepfo iyongiyo bimeze bite ra ?
  • Imbuma ?
  • Yee
  • Twebwe ko turi…turi mu nkambi bari kuyomba ntabwo umuntu yapfa kuzumva
  • Aah
  • Uri kuzumva ahagana he ?
  • Iyongiyo mu i centre iyo iwanyu
  • Imbuma, ingoma ?
  • Ingoma, ingoma.
  • Ntuzi ko harimo ibiriyo se bya ba bandi bo bishe ?
  • Aah, niyo mpamvu bari kuvuza ingoma ?
  • Yee, harimo ibiriyo kabisa bigeze muri bitanu
  • None bishe abantu bangahe ?
  • Bishe bane, ni bane bishe.
  • Ee
  • N’uwo mu Mayi wabo ubanza bari kumubyinira ubwo kubera yapfuye uwo biciye iyongiyo hagana iyongiyo niba ari ejo hari hariyo intambara iyongiyo niba ari i Bukumbigwa.
  • Yee
  • Yee, ubwo rero uwo bishe i Bukumbigwa ahubwo ni uwa hano hafi y’aho turi ku nkambi.
  • Umumayi ?
  • Yee ni umumayi
  • Hari uwapfuye se ?
  • Yee, ng…hari uwo bishe da, bishe…”

 

Translation of the SECOND PHONE CONVERSATION into French

  • Allo ?
  • Ca va ?
  • Ca va bien.
  • J’entends beaucoup de tam-tams chez vous, qu’est-ce qui se passe ?
  • Des imbuma ?
  • Oui
  • Nous on est dans le camp …il y a un brouhaha, on ne les entend pas facilement
  • Ah
  • Tu les entends de quel côté ?
  • Au centre, chez vous.
  • Tu parles d’Imbuma ou d’ingoma (tam-tams)?
  • Des tam-tams.
  • C’et le deuil de ceux qu’ils ont tués, tu ne savais pas ?
  • Ah, c’est pour ça qu’ils jouent du tam-tam ?
  • Oui, il y a au moins cinq deuils en cours.
  • Et ils ont tué combien de personnes ?
  • Ils en ont tué quatre.
  • Eh !
  • Je crois qu’ils sont aussi en train de danser pour leur Maï qui est mort, ce lui qu’ils ont tué là-bas, là où il y avait des combats hier je crois, le lieu appelé Bukumbigwa je crois.
  • Oui
  • Oui, et donc celui qu’ils ont tué à Bukumbigwa était originaire d’ici, tout près de notre camp.
  • Un Maï Maï ?
  • Oui, un Maï Maï
  • Ah bon ? un Maï Maï est mort ?
  • Oui, il paraît qu’ils en ont tué un, ils ont tué… “

 

I’m sure benilubero.com serves some helpful purpose to the local population, but they really should stop fabricating evidence to incite gullible peasants into killing their neighbor who happen to be of a different tribe.

Link to the article:

Deux communications téléphoniques en Kinyarwanda dévoilent les complices des massacres de Miriki

 

 

 

Advertisements